Jane Eaton Hamilton

"She was warned. She was given an explanation. Nevertheless, she persisted."

The Heart-Work: Writing About Trauma as a Subversive Act by Melissa Febos

JEHNov13_2014

sketch: Jane Eaton Hamilton after Shiele unknown date

The terrific Melissa Febos asks the question: If writing about trauma happens to be therapeutic, does that make it worthless? Or particularly valuable?

A great essay at Poets and Writers.

Pixar pretty much sums it up: how to give good story

writing-3

Emma Coats from the Pixare team has summed up what makes a great story. You don’t have to telling stories for kids to realize the value in this advice.

pixar-on-storytelling

What Being an Editor Taught Anna Pitoniak About Writing

Anna Pitoniak on the Inside Tricks of the Trade

writing-3

“I’m an editor at Random House, but for the last several years I’ve been writing around the edges of my day job: mornings, nights, weekends, wherever I can grab the free time. I began my first novel (which is publishing today) while I was working as an editor, and I credit my job with giving me the courage, and the tools, to tackle writing a book. The truth is that spending one’s life reading good writing—not just reading it, but thinking about what makes it so good—is the best way to teach one’s self how to do it. For some people, this might mean enrolling in an MFA program. For me, I was lucky enough to learn by observing the other editors around me, and working on manuscripts as they went from rough drafts to finished books. It was the best writing education I could have received.”

LitHub

Julie R Enszer

“[Weekend] is the best book I have read this year. Hamilton brings us four wonderful characters who live and grapple with lesbian/queer/women’s contemporary experiences. The sex is hot; the characters are wonderfully flawed, human, and relatable. This is the book to beat for the 2016 Lammy in Lesbian Fiction. Buy it. Read it. Love it.

My review at Curve: http://www.curvemag.com/Reviews/Weeke…”

 

27 Books Every Person In Any Country Should Read

…but especially if you’re attending one of the hundreds of Women’s Marches around the world this weekend. Or should I say especially if you’re not?

screen-shot-2017-01-17-at-12-37-41-pm

“These novels, essay collections, memoirs, histories, and more will help you understand why there is no feminism without intersectionality, why we should remember our history before we repeat it, and why Roe v. Wade is a lot more tenuous than you might think.” -Doree Shafrir

Buzzfeed Books

Room’s exciting festival, Growing Room!

Join us at Growing Room!

“The Growing Room Festival is Room magazine’s inaugural literary festival, a celebration of Canadian writers and artists who identify as women or genderqueer. The festival will feature more than 40 writers and artists in more than 20 events.” -from Room

screen-shot-2017-01-14-at-12-33-03-am

screen-shot-2017-01-14-at-12-32-49-am

Nuits d’oiseaux (2014)

A little something in French…

wordy-bird-2016-jeh

NUITS D’OISEAUX by Jane Eaton Hamilton

Traduit de l’anglais (Canada) par Cécile Oumhani

 

Voici une histoire. Elle est vraie, mais elle est aussi pleine de mensonges. Et de hachures, le genre qui laisse de tout petits quadrillages sur les cœurs.

1)

Un chirurgien a ouvert la poitrine de ma femme et lui a retiré son sein : des points et des agrafes. C’était il y a plusieurs années. Pendant qu’elle dort la fermeture éclair de sa cicatrice s’ouvre (ruban rallonge du haut, vis de butée supérieure, curseur, tirette), sa chair s’ouvre comme un sac de couchage. Certaines nuits je ne vois que les baleines de corsets qui entourent ses poumons, des éclats de lune luisants dans un ciel rouge foncé, et je fais une prière pour eux, ces pâles nervures de canoë, ces baguettes à ramasser qui sont tout ce qui la sangle. J’aimerais pouvoir faire ça : j’aimerais pouvoir la maintenir. Certaines nuits je crois qu’elle pourrait partir dans toutes les directions, nord, est, sud, ouest, une énorme éclaboussure. Elle ira si loin si vite que je pourrai juste regarder la bouche ouverte. Elle sera partie, et tout ce que j’aurai c’est un grand gâchis rouge à nettoyer et un éclat de côte qui sortira de mon œil.

2)

Les arbres à carquois sont assez étranges de toute façon, mais ajoutez-y le nid d’un Républicain social et vous serez dans un vrai pétrin visuel. Des furoncles verruqueux qui ressemblent à des toffees, ces copropriétés d’oiseaux faits d’herbes sèches ont plus de cent trous différents pour chaque famille ; les nids peuvent abriter quatre cents oiseaux. Il est intéressant de noter que les Républicains sociaux sont polyamoureux, et ont même, apparemment des relations avec des barbus et des fringillidés.

Au Namaqualand, les Tisserins du Cap se suffisent à eux mêmes. Les mâles courtisent les femelles en tissant des sacs qui ressemblent à des testicules, et si une femelle reste indifférente, le mâle construit un deuxième sac sous le premier et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’un coup de vent fasse tomber tout le tralala.

Chez les oiseaux, comme chez les humains – c’est pas mal de bousculades pour avoir la fille et la garder.

3)

Certaines nuits quand l’incision de ma femme défait sa fermeture éclair, une côte sort et dessus il y a un oiseau jaune perché, qui se balance comme par grand vent, les plumes ébouriffées en une crête jaune citron. J’adore les oiseaux. Cela me remplit de bonheur de l’entendre chanter, comme j’ai du bonheur lorsque ma femme chante. (Une fois au début que nous étions ensemble, ma femme a traversé la cuisine en dansant nue tout en chantant à tue-tête des chansons de groupes de filles des années 60). Le petit oiseau gazouille et trille, puis s’envole de la côte pour voler dans notre chambre. Il attrape un moustique près de mon oreille. Il volète dans les coins autour des luminaires, et rapporte des morceaux de fil qu’il tire dans les pull-overs, les toiles d’araignée, les pointes des étiquettes de plastique, les moutons. Il fait un nid, se glisse dedans en frissonnant, et pond de petits œufs gélatineux, des œufs dont je pense, de façon simple et candide, qu’ils deviendront des ganglions pour ma femme.

Ces nuits d’oiseaux, j’ai du bonheur, tant de bonheur. De façon implicite, je sais que le petit oiseau jaune sera de notre côté et je m’endors sur des trilles de chant d’oiseau mielleux.

4)

Je traîne sur les sites d’amis des oiseaux, où abondent les questions : Pourquoi mes inséparables changent-ils de couleur ? Les pucerons – mon oiseau n’a pas de problèmes avec eux, mais moi si ? Le picage des plumes d’inséparables ?

La perte de plumes dit Web Aviaire, est un problème difficile à traiter quand le comportement de picage est déjà installé. Il faudrait montrer les oiseaux au Dr Marshall dès les premiers signes de picage. Ma femme et moi nous piquons nos plumes. Nous ne sommes pas allées chez le Dr Marshall et c’est peut-être notre problème. Notre relation souffre d’infection buccale, de bactéries, d’une mauvaise alimentation. Ma femme et moi nous étions autrefois des inséparables. Autrefois, le temps d’une nanoseconde, Nous Deux N’étions qu’Un. Puis, pendant des années, Nous Deux Etions Un et Demi. A la fin, Nous Deux Etions Deux. Maintenant, tout porte à croire que Nous Pourrions Bien Etre Trois.

5)

Les oiseaux m’enchantent. Une fois nous avons emmené notre fille voir une volière, les Combles des Loriquets au parc national des oiseaux de Jurong à Singapour. Un parc de vingt hectares sur un flanc de colline entièrement dédié aux oiseaux, c’est la garantie qu’une personne comme moi aura le vertige. Les loriquets ressemblent à de petits perroquets et dans les volières, alors que vous poussez des cris, vous vous tortillez et criez encore en passant sur des ponts suspendus, venus de haut dans les arbres, ils se posent sur vous, ils vous couvrent. C’est comme si les gardiens étaient installés sur le toit en train de vider des tubes de peinture sur vous, orange-cadmium, bleu cobalt, carmin et vert viridin, des couleurs territoriales criardes avec beaucoup de battements d’ailes et de coups de bec.

Les ornithologues au parc répondent à des questions comme : Est-ce qu’un œuf d’autruche résiste au poids d’un adulte humain ? Je me débats avec celle-ci : Est-ce que mon cœur humain résistera au poids changeant des allégeances de ma femme ?

6)

Recherche : La Manière d’offrir Stimulation Mentale et Bonheur à Votre Femme

C’est moi qui recherche. Regardez-moi certains soirs quand je passe en revue les billets de théâtre (Wicked ! Les Monologues du Vagin ! Avenue Q ! Mon Année de Pensée Magique !) et les expositions dans les musées (Dali : Peinture et cinéma ; Picasso et la Grande-Bretagne : Carr, O’Keefe, Kahlo : leurs lieux) et les détritus qui sortent de sa cicatrice, qui bougent dans des lapins mécaniques et des poupées vaudou qui dégringolent et se libèrent, tous les secrets et la souffrance qu’elle garde profondément enfouis en elle.

Qu’est-ce que je cherche ? Quelque chose à manger peut-être. Des graines pour les oiseaux. Un steak.

7)

Nous avons rencontré une femme en Namibie qui avait perdu presque tout un sein suite à l’attaque d’un crocodile. Elle appartenait à une tribu polygame, les Himba, dont les femmes ne portent que des pagnes. Elle s’était penchée sur la rivière avec sa gourde à eau, les seins pendant comme ils pendent quand on a eu une flopée d’enfants, et les dents d’un croco s’étaient refermées sur son sein droit.

Qui sait ce que le mari de cette femme pense quand il prend dans sa main son sein droit desséché et massacré par un croco ? Retrace-t-il son histoire avec respect ? Crache-t-il de dégoût et choisit-il une autre épouse ?

8)

Il y a ici des histoires d’épouses qui se changent dans la salle de bain, portent des soutien-gorge et des prothèses au lit, et des maris qui se détournent d’elles. Il y a des histoires de désintégrations maritales, et par là je veux dire ce à quoi vous pensez probablement : le mariage hétérosexuel. Je ne connais pas les statistiques des ruptures de mariages homosexuels après un cancer du sein. Ce que je sais, c’est que même après douze ans, quand ma femme ou moi nous passons devant la Cancer Agency, sans même penser à ce qui est arrivé, alors que nous sommes en route vers d’autres rendez-vous et en plein bonheur, l’une ou l’autre de nous deux fond en larmes.

9)

Vancouver a des meurtres de corbeaux et notre maison est sur leur trajet. Si vous sortez alors que l’aube commence à poindre, comme lorsque vous sortez pour une chimio, ils remplissent un ciel à la Hitchcock de leurs cris noirs, et si vous pouviez les compter, vous manqueriez de chiffres avant de manquer d’oiseaux. Les corbeaux ne sont pas protégés en Colombie Britannique, et la forêt qui leur servait de perchoir a été récemment arrachée pour construire un supermarché Costco ; maintenant des dizaines de milliers d’entre eux perchent dans un enchevêtrement de fils électriques et de palettes de matériaux de constructions. Le bruit qu’ils font est assourdissant.

10)

Le réalisme magique mis à part, la cicatrice de ma femme est vraiment juste une cicatrice, ordinaire, quelconque, qui a pâli avec le temps. (Ordinaire, quelconque. Je vous le dis. Ordinaire et quelconque.) Voici la vérité de piéton : elle est un peu concave là où il y avait son sein avant, un nid qu’on a creusé. Elle a fait le choix de ne pas se faire faire de reconstruction. Son unique sein est très petit et elle ne porte pas de soutien-gorge et de prothèse, ce qui est une histoire à voix haute, en fait, la seule partie qui hurle dans son histoire de piéton, frappée de réalité ; elle n’a à l’évidence qu’un sein, et cela se voit quand elle porte des t-shirts et elle fait masculine, alors les gens la regardent. La semaine dernière à un vernissage, un petit garçon d’environ sept ans s’est arrêté net alors qu’il courait et il a promené son regard sur elle de bas en haut, de haut en bas, essayant de lui faire comprendre.

(En ce moment, je fais la même chose, je passe mes yeux sur elle. Le petit garçon a raison. Elle ne comprend plus. Elle est toujours en train de dire au revoir à ses actions alors qu’elle dit bonjour avec ses lèvres qui sourient.)

11)

Mon cœur est une grosse et vieille pompe à sang dont certains endroits sont engorgés comme un ballon (j’ai une grosse et vieille cardiomyopathie pour toi, dis-je parfois à ma femme, mais en fait c’est une insuffisance cardiaque.) Mon cœur est en train d’abandonner, et il a des taches de nécrose qui ressemblent à de la rougeole, des morceaux morts qui sont morts depuis vingt-cinq ans, quel anniversaire ! Faisons un gâteau avec des bougies, joyeuse nécrose à moi !) Parlant de ma circulation sanguine, un cardiologue m’a dit une fois : l’arbre que vous êtes est en train de mourir. Nul doute que vous avez eu trop de Républicains sociables polyamoureux ? Comment vous sentez-vous ? Mon thérapeute m’a questionné sur nos vies, notre relation – oui – les seins en l’air, trois seins en l’air, j’imagine, au lieu de quatre, et voici la réponse, la lettre à ma douleur : cela fait la même impression que mon cœur qui me lâche. Maintenant il balbutie en arythmie, mais il ne peut pas pomper à travers toutes ces émotions et les vieilles cicatrices qui ont lâché, alors il peut bien continuer à s’engorger jusqu’à ce que j’éclate comme un –

12)

Tumeur ?

13)

J’ai été autrefois la copropriétaire d’un cacatoès qui s’appelait Hemingway. Hemingway avait l’habitude de sautiller sur mon os scapulaire et de picorer de la nourriture sur mes dents tout en perdant des plumes grises sur mes seins ? C’était un oiseau heureux avec une crête jaune, mais il n’a jamais écrit de grande nouvelle à ma connaissance.

14)

Au Cap de Bonne Espérance en Afrique du Sud, ma femme a couru vers des autruches pendant que le courant de Benguela lançait ses vagues sur la plage. Les autruches ont une griffe qui peut ouvrir quelqu’un aussi efficacement que la lame de n’importe quel chirurgien. Je me suis levée d’un bond, mais les autruches n’ont pas attaqué, elles ont seulement couru, en déployant leurs ailes mal développées. Puis le mâle s’est retourné et a envoyé d’un coup ma femme par terre. Il a dansé sur sa poitrine jusqu’à ce que son cerveau de la taille d’un petit pois s’en soit lassé.

Ce n’était qu’un jeu, rien qu’un jeu, m’a-t-elle assuré après, d’un air évasif, sans trop de peur. Je n’étais pas vraiment mort.

(C’est un mensonge).

15)

A Okonjima pour des guépards, j’ai été fascinée plutôt par les calaos – ces becs et ces casques ! Des calaos femelles utilisent leurs déjections pour s’enfermer dans leur nid. Je l’ai fait aussi, quand on a diagnostiqué le cancer de ma femme, mais j’ai utilisé un système d’alarme au lieu d’excréments. Je le fais encore, maintenant, mais j’utilise de l’éclairage périmétral, comme si des rayons lumineux brillant dans les ombres de ma femme protègeraient mon mariage.

16)

La peau de ma femme est engourdie, l’ai-je déjà mentionné ? Vous ne pensez pas que c’est la façon dont son esprit s’est guéri de tout ce traumatisme (syndrome de stress post-traumatique), avec une grosse et vieille zone engourdie ? A l’extérieur d’elle, des nerfs coupés deviennent parfois fous, comme un orchestre de la douleur, un cri de violon, une plainte de flûte. Yowey. Quand je suis allongée à côté d’elle et que je passe mon doigt sur sa poitrine, dans son aisselle, le long de la peau près de son bras sur son dos, elle ne sent rien du tout. Ici ? Dis-je et elle secoue la tête. Rien du tout. Ici ? Toujours rien. Ici ? Non. Ici ? Non, pas vraiment.

Est-ce qu’on guérit vraiment jamais après qu’on vous a poussé hors du nid ? Les choses se réparent, les choses se cicatrisent, on continue, mais à la fin on se retrouve à nouveau en chute libre. Nos becs s’empalent sur le sol et on est coincé à battre des ailes de haut en bas comme des chats qui mangent des sucettes. Toutes les vieilles blessures se rouvrent, les vieux trous de crevaison (morsures d’insectes, cette fois où on est tombé de bicyclette, la tendinite, la hernie) se mettent à suinter. La douleur fuit de nous. Nous sommes de sacrés suinteurs, à la fin, n’est-ce pas ?

17)

Une nuit alors que je suis couchée à côté de ma femme, sa poitrine s’ouvre et je regarde Kooza du Cirque du Soleil. L’acrobate se sert des côtes de ma femme comme corde raide ; les contorsionnistes se plient en deux à travers ses côtes et ressortent la tête comme des Gumbies. L’acrobate empile des chaises l’une sur l’autre, l’une sur l’autre, et puis grimpe à son tour, sans peur, pendant que les chaises tremblent. Je ris avec une joie toute enfantine, et ma femme se réveille, tousse et se retourne pendant que l’artiste de cirque dégringole.

Quand il a détalé, j’appuie ma joue sur ce que ma femme a perdu, mon poids la panique et elle se redresse tout d’un coup dans son lit. Elle se frotte les yeux et m’examine. Tu as une trace de fermeture éclair sur la joue, marmonne-t-elle.

Je tends la main et je touche les ondulations.

18)

J’en suis à l’âge de « mon ceci fait mal », où se trouve « mon ceci » est en réalité n’importe quelle partie du corps que vous voudriez insérer au hasard : oreille, coude, articulation, genou, utérus. Quelle relation ai-je avec ma douleur ? Je la sens brûler comme un moteur à combustion. Je trouve qu’elle a les yeux ternes et les épaules tombantes. Elle me regarde comme une proie, la plupart du temps, je crois, et elle vient sur mon cœur avec sa petite hache, hachure, hachure, comme un milan au parc national du Seregenti qui fait un piqué pour voler un sandwich à un touriste qui ne se doute de rien, et lui balafre la joue de ses serres. Quelle relation voudrais-je avoir à l’avenir avec ma douleur ? Je veux être sa divorcée homosexuelle.

19)

Il y a quelques semaines ma femme a battu le rappel pour un test de PSA avec un groupe de survivantes du cancer du sein. Un meurtre de survivantes du cancer, elles m’ont fait flipper avec leurs plumes noires et leurs croassements. Je ne peux pas faire face à ce qui les attend (ma femme). Le pronostic du cancer du sein de ma femme est bon mais ces derniers mois elle a mal en avalant et le chant vient au rythme de la chanson des enfants : yeux, oreilles, bouche et nez ! Sauf que pour les métastases du cancer du sein, c’est : Foie, poumons, sein et os ! Je ne connais pas bien le chant de l’infidélité… d’accord, mais je ne peux pas le chanter ici.

20)

Certaines nuits, la cicatrice de ma femme s’ouvre comme les nymphéas de Monet à l’Orangerie, une longue bande de peinture qui est toute méditation bleue et silence vert.

Avec l’intention… de… guérir, entonne un moine dans une robe couleur safran.

Je dois rester assise jusqu’au bout de ma douleur et me cuirasser le dos. Je dois entrer dans ma douleur, la traverser et aller au-delà.

Et l’exprimer par l’art.

Mon interprétation du sein perdu de ma femme est tranchée en sections et présentée comme des tranches de pain grillé debout, la tumeur phosphorescente à travers cinq lamelles. Anatomique, directe, guerrière, pleurant des larmes de sang.

Le Sein de ma Femme, par Georgia O’Keefe : une fleur rouge et striée tout en mouvement, une côte qui sort au niveau de la ligne du mamelon. Le Sein de ma Femme, par Pablo Picasso : un sein en spirale d’où poussent des cheveux, un sein avec un œil au lieu d’un mamelon, une tumeur au lieu de la tête de son modèle. Le Sein de ma Femme, par Emily Carr : sein comme arbre sombre et tortueux, tumeur comme nid d’oiseau. Le Sein de ma Femme, par Salvador Dali : un sein assis sur une côte, en train de fondre, un cadran d’horloge qui compte les jours qui lui restent. Le Sein de ma Femme, par Frida Kahlo : ma femme et moi tout habillées, main dans la main, une grande ombre à gauche de ma femme, des blessures qu’on voit à travers nos t-shirts, une longue balafre rouge et gonflée sur le côté droit de ma femme qui pompe le sang à travers une grosse veine vers mon cœur plus qu’énorme, engorgé et arythmique, pendant qu’il le pompe à nouveau– un parfait service à thé en argent et un loriquet sur une table d’un côté.

 

ENGLISH

 

Jane Eaton Hamilton vit à Vancouver en Colombie Britannique. Elle est l’auteur de Weekend and Love Will Burst into a Thousand Shapes. Elle est aussi l’auteur de Jessica’s Elevator, Body Rain, Steam-Cleaning Love, et July Nights and Other Stories. Ses livres ont été nominés pour le Ferro-Grumley Award for LGBT Fiction, le MIND Book Award, le Pat Lowther Award, le VanCity Award et le Ethel Wilson Prize in the BC Book Prizes.

 

 

 

 

 

 

 

Sara Holbrook Can’t Answer These Texas Standardized Test Questions About Her Own Poems

2

This is very funny and at the same time sad. Poet Sara Holbrook, alive and kicking, was not asked to tell examiners the answers to questions about her own poetry.

Bogus Standarized Testing

 

A Happy Announcement and a Submission Opportunity

I’m delighted to be one of the editors of the new Many Gendered Mothers!

shirleyjacksonbyjeh2016

Shirley Jackson by Jane Eaton Hamilton 2016

From the site description:

“many gendered mothers is a project on literary influence featuring short essays by writers (of any/all genders) on the women, femme, trans, and non-binary writers who have influenced them, as a direct or indirect literary forebear.

This project is directly inspired by the American website Literary Mothers (http://literarymothers-blog.tumblr.com/), created by editor Nadxieli Nieto and managing editor Nina Puro. While we hope that Literary Mothers might eventually return to posting new pieces, this site was created as an extension and furthering of their project (in homage, if you will), and not meant as any kind of replacement.

Basically: which female ,femme, trans or non-binary writer(s) made you feel like there was room in the world for you and your artistic temperament, or opened up your understanding of what was possible, either as a writer or a human or both? Perhaps you were closely mentored by a particular writer or editor, or perhaps their work was highly influential, even if not in the most obvious ways.”

The other editors are: Adèle Barclay, Natalee Caple, Klara du Plessis, Sonnet L’Abbé, rob mclennan, Hazel MillAr, Jacqueline Valencia + Erin Wunker. Please submit your short essays to me, to them, or directly to neitherliterary@gmail.com.

Many Gendered Mothers

Granta: The Canadian Issue

screen-shot-2017-01-03-at-2-33-44-pm

Granta is celebrating Canada with issue editor Madeleine Thien. Submissions until Feb 6, 2017.

Granta

And the hilarity ensued…

Oops, I seem to have left the straight white dudes out.

As artists, we invite commentary on our work. People often review themselves as much as the work they’re taking on, and this review personifies that.

Weekend. Jane Eaton Hamilton.

Posted on November 14, 2016 by John Sloan

Hamilton, Jane Eaton. Weekend. Arsenal Pulp Press, Vancouver. 2016. F;10/16

As fiction, for character and for plot this story is very good. There are a lot of interesting twists and turns, the people are three-dimensional and real, and all sorts of issues (money, illness, middle age, love, sex, parents and children, raising a baby…) are taken on directly and presented so we can experience them. But the queer thing, still I’m sorry not entirely in the centre of everyone’s concept of… usual I guess, is here archly and for me therefore aggressively presumed not only to be okay with everyone, but familiar. It’s as if we sat down to read something and discovered, lovely though it might be, that it presumed and celebrated Southern Baptist family life or the circumstances of world-class elite athletes as if everyone lived or at least understood in detail those kinds of a life.

It is also a little as if Ms. Hamilton is daring the world to react the way I am here. Okay, I’ll bite.

Two lesbian couples, one partner of each of which is an architect and has each built a building on an island in a lake in Ontario, have a weekend there and experience critical issues in their relationships. In one a baby has just been born (with very realistic and sympathetic appreciation of the immense ups and downs in that situation) and in the other marriage will be, and is, proposed (with a finely-tuned appreciation of power in a romantic relationship). All, it turns out, is not as it seems, and one of the relationships collapses apparently cruelly on the part of one of the partners, and the other veers off into physical illness.

Sex is rendered in vivid detail, reminding me in places of Book of Memories, where it was also homosexual. Arguments are wonderfully real and exposed as emotional events that bend and shape the logic of the antagonists. The external furniture including a huge dog, boats, the lake, weather, and the beautiful homes enhance the complexity and realism.

So what’s my problem? Well I think I’m there in respect of tolerance of sexual, political, and intellectual lives that aren’t mine. I have gay friends and we joke about our differences, and I also have quite close friends who are pretty committed to the radical right, and others to the radical left. But I’m not at the point of presuming because other ways of life than mine are okay, that mine is somehow not okay or to blame for past intolerance, or that I’m expected not to recognize that there is a difference.

You might call me defensive, a closet homophobe, or a conservative grump. My right-wing friends find I’m a bit on the wet side, advocating drug safe-houses and comfortable with abortion and physician-assisted death. But I prefer not to participate in either side’s turning a blind eye to the other in a world where extremism exists and is likely not to go away.

LGBTQ people and their fans would be over the moon about this novel and if I were one I’m sure I would be too. The writing is pretty terrific. But as it is I guess I wish Ms. Hamilton had woven a little grey into her bright jazzy fabric to let the rest of us know she understands that we dull straights also exist and that we’re okay too. 7.0/8.8.

 

Margaret Laurence: Could you start the year off, please?

margaret-lawrence-by-jane-eaton-hamilton-2016

Margaret Laurence by Jane Eaton Hamilton 2016

I wonder if people remember Margaret Laurence. She was a powerhouse of Canlit when I was a young writer–certainly an influence on us all. Canlit was headed, in those days, by “the Margarets” as much as by any of the men. I was friends with the writer Jane Rule, who was Margaret Laurence’s close colleague. She used to say, “Oh, she knows she’s a terrible writer, she doesn’t fool herself. She used to say, Imagine if I was a good writer!

This, from Wiki:

Literary career

One of Canada’s most esteemed and beloved authors by the end of her literary career,[4] Laurence began writing short stories shortly after her marriage, as did her husband. Each published fiction in literary periodicals while living in Africa, but Margaret continued to write and expand her range. Her early novels were influenced by her experience as a minority in Africa. They show a strong sense of Christian symbolism and ethical concern for being a white person in a colonial state.

It was after her return to Canada that she wrote The Stone Angel, the book for which she is best known. Set in a fictional Manitoba small town called Manawaka, the novel is narrated retrospectively by Hagar Shipley, a ninety-year-old woman living in her eldest son’s home in Vancouver. Published in 1964, the novel is of the literary form that looks at the entire life of a person, and Laurence produced a novel from a Canadian experience. After finishing school, the narrator moves from Toronto to Manitoba, and marries a rough-mannered homesteader, Bram Shipley, against the wishes of her father, who then disinherits her — disinheritance is a recurring theme in much of Laurence’s fiction. The couple struggles through the economic hardship and climatic challenges of Canadian frontier existence, and Hagar, unhappy in the relationship, leaves Bram, moving with her son John to Vancouver where she works as a domestic for many years, betraying her social class and upbringing. The novel was for a time required reading in many North American school systems and colleges.[5]

Laurence was published by Canadian publishing company McClelland and Stewart, and she became one of the key figures in the emerging Canadian literature tradition. Her published works after The Stone Angel explore the changing role of women’s lives in the 1970s. Although on the surface her later works like The Diviners depict very different roles for women than her earlier novels do, Laurence’s career remained dedicated to presenting a female perspective on contemporary life, depicting the choices — and consequences of those choices — women must make to find meaning and purpose.

In later life, Laurence was troubled when a fundamentalist Christian group succeeded in briefly removing The Diviners as course material from Lakefield District Secondary School, her local secondary school.

The Stone Angel, a feature-length film based on Laurence’s novel, written and directed by Kari Skogland and starring Ellen Burstyn premiered in Fall 2007.

Novels

Short story collections

Children’s books

  • Jason’s Quest (1970)
  • Six Darn Cows (1979)
  • The Olden Days Coat (1980)
  • The Christmas Birthday Story (1982)

Non-fiction

Weekend Makes Pride’s The Fifteen Must-Read LGBT Books List of 2016

screen-shot-2016-12-29-at-11-49-44-pm

Pride Magazine

Weekend, Jane Eaton Hamilton

Trouble the Water, Derrick Austin

The Angel of History, Rabih Alameddine

Imagine Me Gone, Adam Haslett

Boy Erased, Garrard Conley

Juliet Takes a Breath, Gabby Rivera

After Disasters, Viet Dinh

Black Wave, Michelle Tea

Small Beauty, Jia Qing Wilson-Yang

The Wonder, Emma Donoghue

If I Was Your Girl, Meredith Russo

Tranny: Confessions of Punk Rock’s Most Infamous Anarchist Sellout, Laura Jane Grace

Desert Boys, Chris McCormick

Eleanor and Hick, Susan Quinn

Another Brooklyn, Jacqueline Woodson

 

The fleet-footed thing among us

fleetingness

happiness.
you cannot lock it out,
nor bar the door against it.
like the midnight cinnamon
and ginger wafts
from the kitchen
of the insomniac
finnish woman one floor
down, sleepless and dour,
prone to nocturnal baking,
it simply arrives,
happiness, that is,
through the vents,
the radiators,
the small cracks
in the parquet or plaster.
uninvited,
unannounced,
unreserved,
it goes from room to room,
examining your favourite things,
touching them, gently,
not saying why it’s come,
where it’s been,
who it’s seen.
genial, uncritical,
it overlooks the dust,
the lingering odours
of squander and rancour.
astonishing how much
space it claims, something
so small as this happiness,
so small and so demure.
it does not want you to fuss,
not even to fill the kettle
let alone put it on.
what would be the point?
it won’t be staying long enough,
not long enough for tea.
there’s somewhere else it’s going,
it has someone else to see.
goodbye, goodbye, till next time.
it’s come and gone before.
its bags are packed and ready.
they’re waiting by the door.

–Bill Richardson

After Ellen calls WEEKEND “The Book”

screen-shot-2016-12-20-at-10-42-43-pm

I’m so glad to see After Ellen managing to continue after their status changed in September. I surely never thought anyone would find cause to put me and Barack Obama on the same page. In their year end wrap-up, After Ellen via Beth Reynolds calls WEEKEND “The Book.” (All the same, I’d probably rather be “The Writer” since Glennon Doyle Melton sounds like she’s making money hand over fist. 🙂 jk)

After Ellen

Books for Your Holiday Shopping

screen-shot-2016-12-16-at-2-01-14-am screen-shot-2016-12-16-at-2-01-22-am screen-shot-2016-12-16-at-2-01-32-am screen-shot-2016-12-16-at-2-01-39-am screen-shot-2016-12-16-at-2-01-51-am

Books by Queer Vancouver Authors for Everyone on Your Holiday Shopping List

Hiromi Goto, Jane Rule, Sarah Leavitt, Wayson Choy and I are recommended here for gift giving this year in a list compiled by Casey Stepaniuk. I was hanging out with Jane Rule when she wrote ‘After the Fire’ and ‘Memory Board,’ so her inclusion here is very meaningful. In fact, the next novel I’m going to write if I ever finish the ones underway is going to be loosely based on her and her partner, Helen, although with a fabricated story to support that conceit.

Good Bones by Maggie Smith

Screen Shot 2015-11-12 at 1.24.18 PM

Another of my favourite poems is Good Bones by Maggie Smith.

Poetry

Writing the body body body

nude2_oct_2016

sketch: Jane Eaton Hamilton 2016

Michele Filgate talks to Anna March, Ruth Ozeki, Eileen Myles, Porochista Khakpour, and Alexandra Kleeman about writing the body. I so wanted to attend this panel, so I’m glad to be able to read it and share it now. Writing the body fantastic, folks. From LitHub.

Writing the Body: Trauma, Illness, Sexuality, and Beyond

Grief

screen-shot-2016-12-05-at-10-45-40-pm

‘Let’s face it. We’re undone by each other. And if we’re not, we’re missing something. This seems so clearly the case with grief, but it can be so only because it was already the case with desire. One does not always stay intact. One may want to, or manage to for a while, but despite one’s best efforts, one is undone, in the face of the other, by the touch, by the scent, by the feel, by the prospect of the touch, by the memory of the feel.’ -Judith Butler’s essay “Violence, Mourning, Politics” from Precarious Life

Master Class with Jill Soloway

nude1_oct_2016art: Jane Eaton Hamilton 2016

“Protagonism is propaganda that protects and perpetuates privilege.”

This is about story, kids. This is about the poems we write. The short fiction. The novels. The plays. The TV shows. The films.

What work we support and why we do it.

Check her out. The Female Gaze. The Feminist Gaze. Gazing on. Empathy generator. Fucking yes, finally. Bringing it into literature.

You get the idea that the world might be okay after all.

TIFF

%d bloggers like this: